Touré Mamadou (Secrétaire national et Porte-parole adjoint du Rdr): « Pourquoi je...

Touré Mamadou (Secrétaire national et Porte-parole adjoint du Rdr): « Pourquoi je suis candidat à Daloa »

103
SHARE

Vous êtes conseiller du président de la République et jusque-là, c’est dans les médias que les Ivoiriens vous suivent. Pourquoi avoir décidé de franchir un autre cap a vous présentant comme candidats aux prochaines législatives ?
Le fait d’être candidat aux élections législatives est d’abord un choix personnel. J’estime qu’après la petite expérience politique que j’ai eue parce qu’au-delà des fonctions officielles à la Présidence, je suis porte-parole adjoint du Rdr, également membre du directoire du Rhdp. J’ai été également porte-parole jeune du candidat Alassane Ouattara aux présidentielle de 2010 et de 2015. J’ai eu à diriger des mouvements politiques tels que la Coalition pour le changement. J’ai eu également à appartenir à plusieurs instances panafricaines de jeunesse etc. Après cette petite somme d’expérience politique, je trouve qu’il n’est pas incohérent pour moi de postuler à un poste de député. Etre député, c’est aussi une continuation de l’action politique que je mène depuis longtemps et contribuera au travail législatif, notamment accompagner le chef de l'Etat dans ses projets pour ce second mandat comme la transformation de notre économie, la modernisation de nos institutions, l'amélioration de la situation de certaines couches sociales que sont les jeunes et les femmes et enfin dans la lutte contre la corruption.

Pourquoi le choix de Daloa comme lieu de candidature et pas une autre localité ?
Daloa, c’est ma ville natale et celle de la plupart de mes frères et sœurs. C’est d’abord un choix du cœur. J'y ai une attache familiale forte. Mon père, feu El Hadj Yamoussa Touré, fidèle compagnon de Félix Houphouët Boigny, né en 1904 à Portio, dans le département de Kouto d'où il est originaire, s’y est installé au début des années 1940 et a contribué, tout comme Nifa Diaby et bien d'autres à ce que Daloa est aujourd'hui. Je m'honore d'appartenir à deux grandes familles originaires de Daloa : Les Zokou et les Kipré d’où sont issus des tantes et des oncles dont les plus illustres sont le ministre Alain Gauze, frère aîné de mon colistier Jérôme Gauze et du ministre Pierre Kipré. D'ailleurs, je me réjouis de la présence du ministre Guy Alain Gauze à nos côtés pendant cette campagne. Je réponds aussi à l'appel de l'ensemble des structures de mon parti pour faire avancer le Rdr et le Rhdp à Daloa et aussi de nombreux jeunes.
Mais il se trouve que politiquement, Daloa est une zone très difficile où l’on a enregistré plus d’une centaine de candidatures et dans les médiations, le consensus a été quasi impossible. Au finish, est ce que votre candidature n’a pas été imposée ou parachutée par la direction du Rdr à Daloa ?

Pas du tout ! Je n’ai pas été imposé aux militants comme je l'ai dit. Mais je réponds plutôt à leur appel. Il est vrai qu’à Daloa commune et sous-préfecture, nous avons enregistré près d’une centaine de candidats. Le parti a mis sur pied un processus devant aboutir à des consensus. Il y a eu des réunions à la direction du parti avec des médiateurs qui ont été désignés. Il est vrai que ces procédures n’ont pas permis d’aboutir à un consensus, mais je note que même à défaut de consensus, toutes les structures de base du parti à Daloa que sont le secrétariat départemental, la CTE, le RJR, le RFR et le RER et même des secrétaires de section ont fait des propositions à la direction du parti. Mais je note humblement avec satisfaction que mon nom était sur toutes les listes qui ont été proposées à Daloa. Je m'honore aussi de la confiance du parti et du Rhdp. Ma responsabilité avec mes autres colistiers c'est de ramener la victoire au RHDP dans la cohésion et le rassemblement.
Si vous avez le soutien de toutes les structures de base du Rdr à Daloa, il y a cependant certaines personnes qui s’interrogent sur le sens de votre candidature, vous fils du Nord candidat à l’Ouest dans le pays bété…
J’ai lu avec beaucoup d'amusements sur les réseaux sociaux cette vaine polémique qui doit certainement être le fait des nostalgiques de l’Ivoirité. Ceux qui soutienne cette thèse ne me connaissent pas et ne connaissent pas la réalité sociologique de Daloa, avec une certaine méconnaissance du statut et du rôle du député. Comme je l'ai dit un peu plus tôt, mon père est originaire de Kouto et s'est installé à Daloa il ya plus de 75 ans aujourd’hui. Mes oncles et tantes sont bété de Daloa. Ma mère est d'Ahua, dans la région de Dimbokro. Je suis heureux d'être la synthèse de cette Côte d'Ivoire plurielle et j'aurais pu postuler à Kouto, à Dimbokro tout comme à Daloa. Daloa est mon choix de cœur et est en cohérence avec mes actions politiques dans cette localité ces dernières années. Mais le plus important, c'est le vote des habitants et l'occupation du terrain.

Au-delà de votre personne, une certaine opinion estime que votre parti, le Rdr est un parti sectaire. Les tenants de ces thèses estiment qu’aucun cadre d’une autre région ne peut faire acte de candidature au Nord alors que les fils du Nord peuvent être candidats partout. Quel commentaire ?
C'est un faux procès. Le Rdr n’est pas un parti sectaire. Il suffit de consulter la liste des candidats du RDR pour se rendre compte qu'ils sont originaires de toutes les régions de notre pays. Le Rdr a aligné des cadres originaires de toutes les régions de notre pays. Maintenant, si la question de savoir pourquoi celui qui est originaire d'une région donnée se présente dans une autre région, nous n'avons aucune leçons à recevoir de ceux qui, dans un passé récent, étaient aux affaires. Simone Gbagbo, Abouré de Bonoua, ou Lida Kouassi Dida de Lakota ont été candidats et députés en pays Ebrié de même que Lourougnon Marie Odette. Je rappelle que si on suit leur logique, Gossio Marcel, candidat à Port Bouët devrait plutôt l'être à Bloléquin et Houphouët-Boigny n'aurait jamais dû être député de Korhogo. Les considérations sectaires, ethnicistes et rétrogrades, ce sont eux.

Il est vrai que le Député n’est pas un agent de développement comme les maires et les présidents de Conseils régionaux. Si vous, Mamadou Touré, vous êtes élu à Daloa, qu’est-ce que vous allez apporter à la jeunesse de cette localité ?
L’une des raisons pour lesquelles je suis candidat à Daloa, c’est aussi parce que j’ai vécu avec beaucoup de tristesse les derniers évènements que nous avons connus à Daloa, liés aux factures de la Compagnie ivoirienne d’électricité. Vous savez que la plupart des gens qui se sont adonnés aux casses sont des jeunes. En tant que cadres de la région, c’est de notre responsabilité de prendre en charge ces jeunes. J’ai été reçu après, par la jeunesse communale de Daloa qui m’a demandé de m’impliquer un peu plus dans la politique locale au niveau de la jeunesse. Je le ferai avec les autres cadres de la région. Seule, personne ne pourra. Mais unis, nous réussirons.

Nous sommes à quelques jours du lancement de la campagne pour les législatives. Quelles sont les stratégies du candidat Mamadou Touré pour triompher à Daloa ?

Tout d’abord, ce qui est important, c’est que nous avons décidé d’aller à cette élection en RHDP. Ce qui est un plus. Ensuite, nous travaillons pour la cohésion au sein de notre famille politique qui est le RDR, mais aussi le RHDP, par la mobilisation de toutes les compétences. Et bien évidemment, nous bénéficierons de l’accompagnement de nos aînés. Je veux parler d’Alphonse Djédjé Mady, Guy Alain Gauze, Brito Boniface, Léopoldine Tiézan Coffie et bien d’autres. Je veux aussi parler de l’ancien maire Kossougro Sery, ainsi que du doyen Kanté Koly, du maire Samba Coulibaly et du Dr. Touré, chef des communautés qui vont nous apporter leur expérience et leurs bénédictions dans le cadre de cette campagne. Ensuite, il y aura beaucoup d’actions de proximité. Donc nous prévoyons beaucoup de rencontres dans les 56 quartiers de Daloa, dans les sous-préfectures de notre circonscription, pour aller expliquer aux populations le travail législatif que le RHDP fera pour accompagner le Président Alassane Ouattara

Interview réalisée par Kra Bernard

abidjan.net

Commentaires

commentaires