Interview Yves Djedje / Représentant du réseau des cadres Pdci notre héritage...

Interview Yves Djedje / Représentant du réseau des cadres Pdci notre héritage monde: « Le Pdci doit se projeter dans la culture du bilan »

84
SHARE

« Le président Ouattara a déjà amorcé l’alternance »
« la nomination de Duncan est la preuve du respect de la parole donnée »
«Cette situation dans les casernes met en mal tous les efforts de relance»

Yves Djédjé est cadre au groupe Accor, cadre du Pdci-Rdra, représentant monde du réseau des cadres Pdci notre héritage. Dans un entretien qu’il nous a accordé, il aborde l’actualité du moment, la nomination du vive président, la formation du nouveau gouvernement avec la désignation d’un nouveau premier ministre, la vie de son parti le Pdci –Rda et les récents évènements dans les casernes…

Suite aux élections législatives, des députés sont venus témoigner leur reconnaissance au Réseau des cadres du PDCI, que représente cette démarche à vos yeux en qualité de représentant du réseau de la diaspora ?
Avant tout propos permettez-moi de souhaiter mes vœux les meilleurs à tous les ivoiriens vivants en Côte d’ivoire et ceux de l’extérieur. Que cette nouvelle année soit porteuse d’espérance pour chacun et chacune de nous et nous donne la force nécessaire de faire de notre beau pays une véritable plaque tournante en Afrique subsaharienne. Pour revenir à votre question, en effet un certain nombre de Député qu’il soit élu sous la bannière du RHDP ou indépendant ont tenu à témoigner leur reconnaissance au Réseau des cadres du PDCI après leur élection, cela démontre la vitalité de notre réseau et l’importance du travail entrepris par ses membres. Il faut donc continuer dans ce sens pour que notre parti le PDCI soit la véritable alternative pour les ivoiriens en terme d’espoir, de paix etc...En ma qualité de responsable du Réseau des cadres PDCI, notre Héritage des Ivoiriens de l’extérieur, nous nous réjouissons donc de cette démarche et leur souhaitons plein succès dans l’exercice de leur mandat.
Dans ce sens avez-vous un message particulier à leur lancer, surtout à l’endroit de ceux qui veulent vous rejoindre, comment pourront-ils vous contacter?
Bien entendu, notre réseau ayant vocation à réunir en son sein toutes les forces vives de la nation tant en Côte d’ivoire qu’à l’extérieur ; il s’agit de porter encore plus haut l’héritage que nos anciens nous ont laissé, que le président Konan Bédié s’attelle à consolider. Notre vitalité, notre vigueur et nos actions conjuguées seront un atout indispensable à l’atteinte de cet objectif. Nous invitons donc l’ensemble des ivoiriens de la diaspora partout dans le monde qui estime que notre parti peut porter les espoirs des ivoiriens à nous rejoindre pour construire cette alternative en nous écrivant à cette adresse: [email protected]

En votre qualité de représentant au niveau de la diaspora quelles sont les différentes actions que vous comptez initiées pour le rayonnement du Réseau auprès des ivoiriens qui vivent à l’extérieur?
Il faut savoir que la feuille de route qui nous a été remis par le Président du Réseau, M. DJEDRI N’Goran est clair, donner un rayonnement international au Réseau en mobilisant les cadres ivoiriens de la diaspora et surtout en développant un réseau relationnel dense à l’extérieur. Sur le premier point, un travail de recensement va débuter en ce début 2017, le but étant d’implanter une représentation du réseau sur tous les continents. J’invite donc tous les cadres de la diaspora qui souhaitent nous rejoindre à prendre contact avec nous à l’adresse suivante : [email protected] . Sur le second, point il s’agira de mettre à profit nos connexions et autres relations pour plus d’efficacité dans nos différentes actions. D’ailleurs sous l’égide du bureau du Réseau Côte d’ivoire, nous organiserons un séminaire très prochainement pour définir les axes majeurs de notre vision.

Deux poids lourd du Rhdp que sont l’Udpci et l’Upci ont été sorti du mouvement Houphouétistes, on a parlé de fracture, après ces élections le président du directoire du Rhdp Amadou Soumahoro, a dit que le Rhdp reste ouvert, votre appréciation de cette sortie et les déclarations du président du directoire ?
En lisant les différentes déclarations des différents responsables, il y a une réelle volonté de continuer ensemble dans le cadre du RHDP; c’est une bonne chose. Cependant, le climat actuel n’est certes pas favorable à plus de sérénité, à cause de la reprise des élections dans certaines circonscriptions, et pensons que très vite les choses rentreront dans l’ordre. Nous sommes une famille et comme dans toute famille il y a des incompréhensions qui se règlent en famille. Je suis persuadé que les présidents BEDIE et OUATTARA qui œuvrent pour la stabilité dans notre pays sont à la tâche pour aplanir ces incompréhensions.

Le président du Pdci-Rda, Henri Konan Bédié dans son adresse lors de cette fin d’année a dit, suite à la grogne de plus en plus grandissante des militants à la base et je cite « vous avez l’impression que rien ne va et que vous êtes incompris…» quel commentaire pouvez-vous tirez de cette déclaration ?
Ces scrutins, qui se sont déroulés dans un climat apaisé et serein, traduisent la maturité des acteurs politiques et de nos concitoyens ainsi que la vitalité de notre démocratie. Cette élection montre aussi que les ivoiriens attendent des politiques une prise en compte de leurs préoccupations avec l’élection des personnalités proches du peuple qui n’ont pas été forcement désignés par les instances des parti politique. Ces élections montrent aussi que la jeunesse doit être prise en compte et c’est ce que le président Henri Konan Bédié à déclarer prendre en compte. Le réseau des cadres du PDCI-RDA se met à la disposition du président pour l’aider dans cette tâche. Cette déclaration pour notre part résume l’état d’esprit du Président Konan Bédié, d’une part tirer les leçons et les enseignements des récentes législatives (Vu les bastions traditionnels que nous avons perdus) et d’autre part sa volonté d’associer davantage la base dans les prises de décisions qui concerne la vie du parti. Ce qui pour notre part est à saluer et à encourager. D’ailleurs, les dernières résolutions du secrétariat exécutif vont dans ce sens.

Nombreux sont les militants qui appellent à un bilan aujourd’hui au niveau des instances du parti, le président du parti l’a reconnu et appelle à un bilan lui aussi, quel sentiment cela vous donne-t-il?
Toute action ou décision qui vise à tirer les leçons d’un échec ou d’un succès ne peut qu’être salutaire. A l’instar des entreprises qui font régulièrement des bilans pour mieux se projeter, les partis politiques doivent s’approprier cette culture, c’est le sens de la déclaration du président que nous encourageons.

Le 02 novembre dernier, vous avez, au nom du réseau, fait don de 120 ordinateurs avec des logiciels intégrés, au Pdci Rda, notamment aux délégations pour faciliter le suivie des militants et la gestion des délégations, après cet important don à quelles autres actions doit-on s’attendre à l’endroit de votre parti ?
Juste une précision, la cérémonie du 02 Novembre concernait uniquement les dons d’ordinateurs, ensuite viendra dans les prochains mois la mise à dispositions d’un logiciel de gestion de parti politique à l’image de ceux utilisés dans les pays occidentaux. Ce logiciel devra à terme faciliter la tâche à nos délégués et secrétaires de sections dans l’animation quotidienne du parti. Nous pouvons vous assurer que nous sommes bien avancés sur ce point, bientôt le président du Réseau pourra faire une communication sur ces points.

Que vous inspire la nomination du Premier Ministre Daniel Kablan Duncan en qualité de Vice-président de la Côte d’Ivoire ?
Cette nomination fait suite à la nouvelle constitution adoptée fin octobre par voie référendaire. Je salue la nomination de notre Vice-Président et ancien Premier Ministre M. Duncan dont les qualités ne sont plus à décrire, on peut simplement préciser que c’est un homme qui maîtrise les arcanes de la gestion des affaires de l’Etat au plus haut niveau. Je n’en doute pas qu’il continuera à être au service de notre pays et à mettre ses compétences au service des ivoiriens comme il l’a toujours fait. Cette nomination répond aussi aux engagements du partage du pouvoir entre les alliés au sein du RHDP car rappelez-vous cela a été posé comme condition parmi tant d’autres lors de la mise en œuvre de l’appel de Daoukro qui a valu la non candidature du PDCI-RDA et son soutien au candidat Alassane Ouattara aux élections passées. C’est tout simplement la preuve du respect de la parole donnée.

Votre appréciation sur le nouveau gouvernement du Premier Ministre Gon Coulibaly ?
Il avait été annoncé avant les élections législatives et tout le monde s’y attendait plus ou moins par contre nous constatons du sang neuf avec la rentrée d’une nouvelle classe de jeune cadre ayant faits la preuve de leur compétence à la tête de certaines entreprises dont ils avaient la responsabilité et cela est à saluer. Je crois que ce gouvernement qui est une équipe de mission allie expérience et compétences au vue de ceux qui ont été appelés car les défis à relever sont nombreux et les Ivoiriens au regard des derniers évènements attendent des résultats qui vont impacter sur leur quotidien. Mais l’autre aspect à noter c’est le renouvellement progressif de la classe politique ivoirienne avec les élections législatives et les nominations opérées par le Président de la République et cela est à saluer pour l’alternance en 2020.

Toute la Côte d’Ivoire a été secouée par une mutinerie dans l’armée qui a fini par trouver une solution entre les mutins et le Gouvernement. Que retenez-vous de cette situation ?
C’est une situation déplorable qui met à mal tous les efforts de relance accomplis par le pays et qui n’est pas acceptable. Elle va certainement freiner les investisseurs qui avaient en projet notre pays comme destination. Je voudrais ici saluer le Président de la République qui a pris le taureau par les cornes et qui de prompt et efficace donner des pistes de solutions qui nous le souhaitons durables et pérennes pour la stabilité de notre pays. Mais beaucoup de questions restent en suspens et espérons que tout aille pour le mieux dans notre pays.

Pensez-vous que l’alternance en 2020 peut-être une réalité avec la nouvelle réorganisation politique à laquelle nous assistons ?
Oui nous avons espoir que cette alternance soit une réalité comme promis par le Président de la République et son aîné Henri Konan Bédié. Pour nous cette alternance doit être une réalité car le PDCI s’est impliqué résolument aux côtés du RDR et des autres partis alliés pour réussir les mandats du Président Alassane Ouattara à la tête de notre pays. Et je crois que le Président de la République lui-même a amorcé cette alternance quand à plusieurs reprises il affirme avec force qu’il respectera la constitution qui prévoit deux mandats. Maintenant il est important que le PDCI-RDA se prépare en tant que parti à préparer cette alternance car on le dit mais il faut passer aux actes que nous engagerons résolument dans cette voie. Préparer nos militants à cela et ne pas rester dans la théorie. C’est dans cette perspective que le réseau des cadres travaille pour proposer des solutions pour une Côte D’Ivoire plus forte et plus conquérante.

Que pourrait être la contribution du réseau des cadres du PDCI-RDA pour une alternance réussie en 2020?
Le rôle du réseau des cadres du PDCI-RDA c’est de mobiliser les cadres d’ici et d’ailleurs pour apporter des hommes et des compétences à ce projet d’alternance en 2020, mutualiser toutes ces compétences au bénéfice du pays et des Ivoiriens.

Pouvez-vous nous faire l’état des lieux des démarches entreprises depuis votre nomination en qualité de représentant du réseau des cadres du PDCI-RDA en Europe ?
Ma nomination est récente, néanmoins nous avons déjà engagé certaines actions que je détaillerais dans les semaines avenir. Néanmoins je peux vous donner quelques pistes, la mise en place du réseau à l’internationale, la finalisation du logiciel de gestion du parti, l’organisation très prochaine de séminaires en Côte d’Ivoire avec des experts internationaux sur les thèmes diverses, l’éducation, la santé, l’économie, la sécurité, l’agriculture, le juridique…Etc.

Source : abidjan.net

abidjan.net

Commentaires

commentaires