Côte d’Ivoire/prime versée aux soldats: Sangaré accuse Ouattara de faire du « faux »...

Côte d’Ivoire/prime versée aux soldats: Sangaré accuse Ouattara de faire du « faux » en évoquant l’accord de Ouagadougou

400
SHARE

Sangaré Abou drahamane, leader d’un camp du Front populaire ivoirien (FPI, opposition), a accusé dimanche Alassane Ouattara de faire du "faux", en évoquant l’accord de Ouagadougou signé en 2007, pour "justifier la prime" versée aux militaires, après une mutinerie, estimant que le chef de l’Etat veut "accabler" l’ex-président Laurent Gbagbo.

"Le pouvoir fait du faux quand il évoque sans pudeur l’accord de Ouaga pour justifier le paiement de la prime aux soldats", a soutenu M. Sangaré, dans un message de vœux.

Pour lui, "en mentionnant malicieusement" cet arrangement politique, qui visait à ramener la paix en Côte d’Ivoire, "le régime veut manipuler l’opinion sur la situation catastrophique que traverse le pays (et) accabler" M.Gbagbo,

"Le FPI n’acceptera jamais que l’on jette l’opprobre" sur l’ex-président, signataire de l’accord de Ouagadougou, a prévenu Sangaré Abou drahamane.

Mercredi, le gouvernement a expliqué que "les dispositions de l’accord politique de Ouagadougou prévoyaient à l’époque, la prise en charge" de ces soldats qui s’étaient mutinés, "par le budget de l’Etat".

Le 6 janvier, Bouaké (Centre), avait été le point de départ d’une mutinerie qui s’était propagée dans la plupart des grandes villes du pays, y compris Abidjan. Les soldats réclamaient le paiement de primes dont les premiers versements ont débuté lundi.

"En payant la prime, (M.) Ouattara confirme implicitement qu’il finançait la rébellion, donnant ainsi raison à Laurent Gbagbo", qui comparait depuis janvier 2016 devant la Cour pénale internationale (CPI), pour crimes contre l’humanité commis lors violences post-électorales de 2010 à 2011.

EFI


Source : Africatime CI

Africatime CI

Commentaires

commentaires