Home Politique Côte d’Ivoire: Rififi au sein des exilés de France, l’ex ministre Ohouochi...

Côte d’Ivoire: Rififi au sein des exilés de France, l’ex ministre Ohouochi Clotilde démissionne de l’union des refugiés ivoiriens (URIF)

320
SHARE

Ohouochi (ph)-

– Mardi 27 Juin 2017 – Dans un précédent article nous rapportions la rencontre à Paris entre Franklin Nyamsi, conseiller spécial de Guillaume Soro, Michel Baroan président de l’Union des Réfugiés Ivoiriens de France (URIF).

Ces échanges selon le communiqué qui l’avait sanctionné, avaient pour cadre d’évoquer la question de la réconciliation et du pardon préconisé par le chef du parlement lors de son discours du 03 avril dernier.

L’ex Directeur General du Bureau Ivoirien des Droits d’Auteurs (BURIDA) et proche de Gadji Celi est aujourd’hui sur le banc des accusés de la part de ses compatriotes vivants en France pour avoir accepté de discuter avec l’émissaire de Soro .

Et c’est l’ex ministre de la solidarité sous Laurent Gbagbo, Madame Ohouochi Clotilde Yapi qui annonce sa démission ce mardi de l’URIF.

Selon cette dernière via son réseau social, la démarche de l’homme proche de l’artiste Gadji Celi n’engage que sa personne, parce qu’il n’aurait pas eu de concertation au préalable avec les autres membres.

« Après avoir entendu Michel Baroan et certains membres de l'URIF, j'ai pris la décision de démissionner », a indiqué la native d’Adzopé, avant d’expliquer.

« J'appelle la réconciliation de tous mes vœux mais pas à n'importe quel prix. La démarche initiée par M. Soro paraît à l'analyse douteuse, inopportune, non sincère. C'est de mon point de vue, un exercice politique à distance pour séduire l'électorat en vue de la présidentielle de 2020. Et la volonté de récupération politique de l'URIF est évidente. Pourquoi l'institution que dirige M. Soro ne prend-elle pas l'initiative d'une proposition de loi relative à une véritable politique de réconciliation, formelle, inclusive et participative? Pour moi la réconciliation passe par la libération de tous les prisonniers politiques, à commencer par le Président Gbagbo et le retour sécurisé des exilés. Et cela est non négociable. »

Franklin Nyamsi, conseiller spécial de Guillaume Soro a entrepris des rencontres en France avec des exilés jugés proches de Laurent Gbagbo comme, Alain Toussaint, Sidiki Bakaba et Michel Baroan.

Le Camerounais annonce d’ailleurs un colloque international sur le pardon et la réconciliation en Côte d’Ivoire prévu à Paris au mois de septembre 2017 prochain où devrait intervenir des exilés.

Donatien Kautcha, Abidjan




Source : Koaci