Home Politique Côte d'Ivoire : la coalition présidentielle, grand vainqueur des législatives

Côte d'Ivoire : la coalition présidentielle, grand vainqueur des législatives

56
SHARE

Le RHDP du président Ouattara remporte la majorité avec 167 sièges sur 255 à l'Assemblée nationale. La vraie surprise est venue des candidats indépendants, avec 75 sièges.

La coalition soutenant le président Alassane Ouattara a obtenu la majorité avec 167 sur 254 sièges du Parlement ivoirien, lors des élections législatives du 18 décembre, a annoncé mardi la Commission électorale indépendante (CEI).

Large majorité de la coalition au pouvoir
« Les résultats du scrutin se présentent comme suit : ont obtenu RDHP (coalition au pouvoir) 167 sièges, Indépendants 75, UDPCI 6, UPCI 3 et le FPI (l'ex-parti de Laurent Gbagbo) 3. Le taux de participation étant de 34,10 % », a déclaré le président de la CEI, Issouf Bakayoko. « 225 hommes et 29 femmes » vont faire partie de la configuration de la prochaine Assemblée nationale ivoirienne, a-t-il ajouté.

« Avec ce scrutin » qui s'est tenu dans « un esprit de civisme et de discipline [...], notre pays vient de se doter du premier Parlement de la IIIe République », s'est félicité M. Bakayoko, saluant une « avancée significative de la consolidation de celle-ci. Ces législatives ont été les premières élections à se tenir sous la IIIe République ivoirienne, après l'adoption d'une nouvelle Constitution en octobre à l'initiative du président Ouattara, réélu un an auparavant pour un deuxième et dernier mandat. D'autre part, au terme des résultats, l'actuel Premier ministre ivoirien Daniel Kablan Duncan, qui se présentait pour la première fois, a été élu dans sa circonscription de Grand-Bassam (Sud). Le président de l'Assemblée nationale et ex-chef de la rébellion Guillaume Soro, le ministre de l'Intérieur Hamed Bakayoko et le secrétaire général de la présidence Amadou Gon Coulibaly ont été réélus dans leurs fiefs du nord du pays, avec des scores avoisinant les 98 %,voire les 100 %.

Dans ce scrutin à tour unique, la coalition présidentielle visait la majorité absolue, même si elle a dû faire face à de nombreuses candidatures dissidentes et à une opposition. Cette dernière, qui avait boycotté les précédentes législatives de 2011, espérait faire son retour au Parlement. Son chef Pascal Affi N'Guessan, dirigeant du Front populaire ivoirien (FPI) de l'ex-président Laurent Gbagbo, avait appelé les « Ivoiriens à rétablir l'équilibre politique » à l'Assemblée dont l'opposition est absente depuis cinq ans. Ils seront trois élus à siéger au parlement pour le compte du FPI.

Percée des candidats indépendants

C'était sans compter sans les indépendants, qui totalisent à l'annonce des résultats 75 sièges, soit 29, 53 % des sièges à l'Assemblée nationale. Ce fut le cas à Cocody où « Yasmina Ouégnin, candidate indépendante, a obtenu 56 % des voix contre 32 % à Affoussiata Bamba-Lamine à Cocody », pour ce qui était présenté comme un duel indécis dans le quartier huppé de Cocody. Cette confrontation était aussi vue comme la bataille la plus médiatique de ces législatives. Yasmina Ouegnin, fille de Georges Ouegnin, figure de la vie politique ivoirienne et indéboulonnable chef du protocole de la présidence (1960-2000), n'avait pas été investie par la coalition présidentielle, le Rassemblement des houphouëtistes pour la démocratie et la paix (RHDP).

Benjamine du Parlement, elle s'était opposée à la nouvelle Constitution contre l'avis de sa formation politique, le PDCI, membre de la coalition. La ministre de la Communication, porte-parole adjointe du gouvernement, avait été « parachutée » dans cette circonscription électorale pour la battre. Par ailleurs, deux ministres ivoiriens limogés fin novembre en raison d'un désaccord au sujet des législatives de dimanche dernier ont été réélus. Abdallah Albert Toikeusse Mabri, ancien ministre des Affaires étrangères, et Gnanmien Konan, ex-ministre de l'Habitat et du Logement social, avaient été démis de leurs fonctions le 25 novembre par un décret du président ivoirien Alassane Ouattara. M. Mabri, président de l'Union pour la démocratie et la paix en Côte d'Ivoire (UDPCI), a été réélu dans sa circonscription de Zouan-Hounien (ouest), tandis que Gnamien Konan, qui dirige l'Union pour la paix en Côte d'Ivoire (UPCI), l'a emporté à Bottro (Centre).

Une nouvelle élection doit se tenir dans une circonscription dans l'ouest du pays pour départager deux candidats arrivés en tête avec une égalité parfaite afin de pourvoir le 255e siège de l'Assemblée nationale, a ajouté le président de la commission électorale.

PAR JOSÉPHINE JOHNSON


Africatime CI