Home Politique Côte d’Ivoire: Agrobusiness, le Gouvernement parle d’une cavalerie financière et exhorte la...

Côte d’Ivoire: Agrobusiness, le Gouvernement parle d’une cavalerie financière et exhorte la justice à poursuivre les dirigeants sociaux

177
SHARE

Manifestation de souscripteurs mercredi à Abidjan (ph KOACI.COM)

© koaci.com – Mercredi 25 Janvier 2017 – Face à la prolifération des entreprises d'Agrobusiness et les risques que les populations ivoiriennes encours ainsi que le secteur financier, un groupe de travail a été mis en place le 4 novembre 2016 dont la mission était de conduire une étude permettant d'informer le Gouvernement sur l'ampleur du phénomène d'en évaluer les risques et de prendre les bonnes décisions.

Les conclusions de ce groupe de travail qui comprenait, le Trésor public, la BCEAO, l'Association professionnelles des banques et établissements financiers de Côte d'Ivoire, la cellule nationale de traitement des informations financières, la Direction de la police économique et financière, le Centre national de recherche agronomique sont disponibles.

Elles ont été rendues publiques à la presse à l'issue du conseil des ministres du jour par le porte-parole du Gouvernement au cours de la traditionnelle conférence de presse.

Le Gouvernement retient que c'est une cavalerie financière qui a été mise en place par les dirigeants sociaux des 28 entreprises d'Agrobusiness et exhorte les autorités judiciaires à engager des poursuites judiciaires contre eux.

Le Groupe de travail révèle dans son rapport que le nombre des souscripteurs des 28 entreprises dites Agrobusiness est estimé à 36699 résidents et non-résidents et le montant investi dans ces activités s'élève à 66 milliards de FCFA.

Selon Nabagné Koné, les contrôles effectués ont permis dans le même temps d'indiquer que les soldes disponibles sur les comptes d'entreprises d'Agrobusiness s'élèvent à 22, 7 milliards de FCFA. Alors que ces mêmes entreprises promettent des retours sur investissements très élevés entre 300 et 1000% du capital investi sur des périodes comprises entre 3 et 6 mois.

«La totalité des promesses de retour sur investissements a été compilée et nous arrivons à plus de 660 milliards de FCFA de promesse, » a ajouté le porte-parole.

Bruno Nabagné Koné a poursuivi que le rapport révèle que certains des souscripteurs ont effectivement reçu des paiements, mais les contrôles qui ont été effectuées indiquent que les sommes qui ont été payées à ces souscripteurs ne proviennent pas des revenus de la vente des récoltes mais proviennent de nouvelles souscriptions.

«Certaines de ces sociétés aujourd'hui disposent à peine de quelques terres souvent même pas mises en valeur. Tout cela nous pensons que le gouvernement a eu le nez creux de s'intéresser à ces activités de chercher à comprendre et tout le monde voit aujourd'hui, l'ampleur du risque, » a déclaré Koné.

Le ministre a rassuré les souscripteurs que l'objectif ici, n'est pas de sanctionner quelqu'un, mais le Gouvernement travaille pour les populations.

Ce qui est bien, le gouvernement n'arrêtera jamais. Si quelque chose est bon pour les populations, le Gouvernement encouragera, mais si le Gouvernement laisse faire, demain, nous connaissons les populations. C'est le Gouvernement qui sera mis en cause si les choses se passent mal, » s'est-il justifié.

Le porte-parole du Gouvernement rappelle que le Conseil a décidé de rendre public les conclusions de ce rapport, d'étendre la mesure de surveillance des comptes des entreprises concernées aux dirigeants sociaux et à leurs ayant droit et de renforcer la sensibilisation des populations sur les risques liés à ce type d'activité.

Enfin le Gouvernement invite les autorités judiciaires d'une part, à accélérer la procédure en cours, le remboursement des souscripteurs dans la mesure du possible et sur la base du capital investi.

Selon Bruno Koné, c'est la priorité du Gouvernement aujourd'hui, puisque le nombre des souscripteurs est su et le nom de ces personnes.

«Nous savons les montants qu'elles ont investis. Le Gouvernement fera tout au moins, une partie de ce qui a été investi par ces personnes leur soit rembourser. Évidemment, si nous arrivons à recouvrir toute la totalité du montant investi, 66 milliards de FCFA, le Gouvernement sera le plus heureux. Il fera en sorte que tous les souscripteurs reçoivent au minimum, la totalité de ce qu'ils ont investi. Chacun comprend que le Gouvernement ne puisse pas s'engager sur les taux faramineux de retour sur investissement évoqués, » a conclu le porte-parole.

Wassimagnon, Abidjan

Joindre la rédaction centrale de KOACI.COM et le service commercial au +225 08 85 52 93 ou [email protected]

Source : Koaci

Koaci