Home Politique Côte d’Ivoire : l’affaire de trop pour Guillaume Soro ?

Côte d’Ivoire : l’affaire de trop pour Guillaume Soro ?

102
SHARE

Après la découverte d’une cache d’armes chez l’un de ses proches, Guillaume Soro se retrouve une nouvelle fois dans la tourmente. Face aux soupçons, l’entourage du président de l’Assemblée nationale dénonce une manipulation orchestrée par ses rivaux.

Le président a enfin demandé à le voir ! Ce mardi 16 mai, cela fait plusieurs jours que Guillaume Soro n’a pas rencontré Alassane Dramane Ouattara (ADO). En janvier, lors du soulèvement d’anciens rebelles intégrés à l’armée, il avait été étroitement associé aux négociations. Rien de tel cette fois-ci. Alors que, quatre jours durant, le pouvoir a une nouvelle fois été défié par des mutins déterminés, le président de l’Assemblée nationale n’a pas été consulté. « Il a été mis de côté, tout a été piloté par Amadou Gon Coulibaly depuis la primature », explique un visiteur régulier du palais présidentiel.

Il est près de 20 heures lorsque Guillaume Soro arrive à la résidence du chef de l’État. L’ancien chef de la rébellion des Forces nouvelles (FN) sait qu’il est au centre des rumeurs. Deux jours plus tôt, un important stock d’armes a été retrouvé à Bouaké, dans une maison appartenant à son directeur du protocole, qui, depuis, a été entendu à plusieurs reprises par la brigade de recherche de la gendarmerie du Plateau (Abidjan).

Guillaume Soro derrière les mutineries ?

La discussion entre les deux hommes est tendue. « Les chefs militaires avaient affirmé au président qu’ils avaient dû céder face aux mutins à cause de cette cache d’armes. Selon eux, cela expliquait toute leur déconvenue militaire », rapporte un proche de Guillaume Soro. « En réalité, ils se cachent derrière cette affaire. Ils tentent de faire oublier leur débâcle ! » s’agace-t-il. Pourtant, il semble bien que cet approvisionnement inespéré, pour des mutins arrivés à court de munitions et sous la menace d’une intervention du Groupement de sécurité du président de la République (GSPR), a été décisif.

Lire la suite sur :http://www.jeuneafrique.com/mag/444831/politique/cote-divoire-laffaire-d...


Source : Africatime CI