Affi N’Guessan / L’affaire « L’image de Gbagbo un handicap pour le...

Affi N’Guessan / L’affaire « L’image de Gbagbo un handicap pour le FPI »: une simple outrance banale politique familiale

93
SHARE

« L’image de Gbagbo un handicap pour le FPI » cette phrase de Affi N’guessan, à elle seule ne résume-t-elle pas un chamboulement historique du FPI ? Je crois que Affi N’guessan a choisi de retourner l’histoire du FPI là où tout a commencé, en installant Laurent Gbagbo dans son ‘’ image’’ et de rôle capital qu’il représente comme fondateur du FPI. Affi N’guessan qui représente l’un des plus hauts cadres du bureau politique de son parti, ne peut entrer au FPI par une effraction. « L’image de Gbagbo est un handicap pour le FPI »reste une psychologie politique positive certainement pour identifier lautent Gbagbo qui reste important dans sa vie politique. C’est pourquoi l’image de Gbagbo est un handicap pour le FPI est employé comme une émotion de soulagement. Mais pas une position d’outrance à son chef Laurent Gbagbo fondateur du FPI. Tous ceux qui connaissent Laurent Gbagbo dans sa carrière politique, peuvent témoigner que l’homme s’est battu pour la souveraineté et la liberté de la Côte d’Ivoire. Ce poids politique est une force réelle du FPI, qu’Affi N’guessan ne peut rejeter, même s’il veut inculquer à son tour au FPI une autre renaissance intellectuelle politique. C’est bien cette dernière ambition qui induit Affi N’guessan dans une émotion d’outrance politique à son mentor Laurent Gbagbo. Rien n’est perdu. Il suffit au président du FPI de convaincre son bureau politique, le comité des sages. Ce qui semble plus tonique pour le « chef Affi N’guessan » de se débarrasser de son propre complexe, et d’évacuer la hantise du groupe Sangaré Abdramane. « L’image de Laurent Gbagbo un handicap pour le FPI » n’est pas du tout une insulte. Si Affi N’guessan, a dit cette phrase, c’est tout simplement que le FPI va mal. C’est le rêve de toutes démocraties vraies, de dire ce qui est bien ou mal. Affi N’guessan a-t-il marqué des points ? Il a provoqué l’épreuve d’amour que le FPI a pour Laurent Gbagbo. Mais, en même temps Affi N’guessan reprouve sa propre conduite à des degrés divers dans sa gouvernance du parti. Ces différentes attitudes des hommes politiques ne sont pas des choses simples pour les militants fanatiques et la presse : émotion d’atteinte à Laurent Gbagbo pour les uns, et le désir de réagir aux informations dans une indignation de la surprise pour les autres. Faut-il pleurer ou rire ? Pleurer c’est le premier reflexe en voyant les militants du FPI, la presse s’agiter dès les écoutes et lecture de la phrase d’Affi N’guessan sans doute vécues comme un drame, une douleur éternelle. Pour une simple outrance politique familiale, tout est mélangé. Alors que la position d’Affi N’guessan immortalise le rôle influent de Laurent Gbagbo, appelé le ‘’ Woody’’ dans le rôle, dans le processus de démocratisation à déboucher sur le multipartisme en Côte d’Ivoire. Aussi Affi N’guessan a été très franc. Lui-même acteur du processus historique de la lutte et de la création du FPI. Il doit dire ce qu’il pense. Ce qu’il pense de sa sévère défaite aux législatives, et la rapidité et la capacité à mobiliser la communauté FPI. Il se reproche ce miracle… tel est le cri de « l’image de Gbagbo un handicap pour le FPI, par Affi N’guessan». En vérité, ce n’est pas une contradiction. Mais une expression qui laisse une vérité démocratique au FPI. Le seul parti à fournir des images politiques exemplaires susceptible d’émouvoir.
Ben Ismaël


Africatime CI

Commentaires

commentaires