Home International Gambie : première épouse, première dame…

Gambie : première épouse, première dame…

3746
SHARE

Dans un palais présidentiel gambien qui se réorganise, les responsables de l’ordre protocolaire avaient besoin de savoir quelle épouse du polygame Adama Barrow devait être qualifiée de “first lady”. L’élu a tranché sur une chaîne de télévision sénégalaise…

Un homme, une voix ; un président, une première dame. Telles sont les règles de la démocratie à l’occidentale, même tropicalisée. Polygame, le président péniblement investi de la République de Gambie imposait un casse-tête aux chambellans de la présidence et aux ordonnateurs de certains futurs voyages présidentiels auxquels une first lady sera immanquables invitée.

Un casse-tête qui ne saurait, même en Europe, prendre la forme d’un jugement moral, les présidents occidentaux ayant habitué leurs administrés à la gestion plus ou moins conjointe de plusieurs « amoureuses ». Si François Hollande n’a installé officiellement à l’Elysée qu’un de ses trois coups de cœurs connus – Valérie Trierweiler –, la précédente présidence française avait promu deux first ladies – Cécilia Sarkozy et Carla Bruni-Sarkozy.

La bigamie d’Adama Barrow a le mérite d’être claire

Quant à François Mitterrand, c’est bien deux compagnes qu’il entretenait simultanément – Danielle Mitterrand et Anne Pingeot –, même si la seconde était cachée. La bigamie d’Adama Barrow a donc le mérite d’être claire…

De surcroît, le prédécesseur du nouvel élu gambien, le fantasque Yahya Jammeh, avait la réputation d’être tiraillé entre plusieurs amours, même si l’officielle first lady, Zineb Jammeh, tentée par le divorce en 2012, aura exprimé un soutien infaillible à son époux, jusqu’à la chute de celui-ci. En outre, Adama Barrow n’est pas le premier président à être officiellement polygame, même si le Nigérien Mamadou Tandja avait fait jouer la carte de la discrétion à Fati Tandja et à Laraba Tandja.

Il suffisait donc que le nouveau locataire de la présidence gambienne tranche, pour que s’estompe le malaise protocolaire. Comme il est musulman, il n’avait pas à suivre le principe biblique qui indique que « les derniers seront les premiers ». Première arrivée, première « servie » : Adama Barrow, dans un entretien sur la chaîne de télévision TFM, a indiqué que sa première épouse serait aussi sa première dame. Dont acte.


afriquetv.info