Home Faits divers Insécurité : Des suspects abandonnent des explosifs dans un maquis

Insécurité : Des suspects abandonnent des explosifs dans un maquis

2032
SHARE

Étaient-ce des terroristes voulant commettre un attentat à l'explosif ? Ou sont-ils tout simplement des malfaiteurs ordinaires, usant plutôt d'arguments de feu pour donner un peu plus de relief à leurs actes ? Ce sont les questions que l'on se pose, par rapport à des suspects surpris.

 De fait, nos sources indiquent que le dimanche 18 juin 2017, aux alentours de 17h, le patron du commissariat de police du 32ème arrondissement, à Abobo, reçoit un appel anonyme. Un appel révélant la présence de deux individus suspects, attablés dans un maquis, à Abobo-BC. L'informateur précise aux flics que les deux individus ont en leur possession, un carton au contenu qui n'a rien à voir avec des jouets. L'homme n'en dit pas plus et raccroche. Coupant ainsi la parole à son interlocuteur de flic, posant trop de questions. A la suite de cet appel, l'autorité policière enjoint ses hommes à la vérification de ces faits.

Et en la matière, il faut bien entendu se rendre immédiatement sur les lieux. L'équipage monté, conduit par un officier, se déporte sur place. Les policiers qui localisent le maquis, s'emploient à cerner celui-ci, en vue d'opérer la pénétration. Mais vraisemblablement, les deux suspects qui ne doivent pas être nés de la dernière pluie, s'aperçoivent de la manœuvre. Eux qui depuis balaient leur environnement de regards perçants, comprennent que ça ne sent pas bon pour eux. Sans plus perdre une seule tierce, ils s'éjectent alors du maquis et prennent la fuite.

Et en dépit de la chasse à l'homme, engagée contre eux, ils parviennent à semer les agents de police à leurs trousses. Ils réussissent ainsi à disparaître dans les ruelles du quartier. Abandonnant préalablement dans la taverne leur carton. De toute évidence, les policiers s'emparent de l'emballage. Et lorsqu'ils ouvrent celui-ci, ils ne manquent pas d'écarquiller les yeux. Le carton, en effet, ne renferme pas des joujoux, comme avait prévenu l'informateur anonyme, mais plutôt des objets de la mort.

A savoir, des munitions de kalachnikov et surtout, des grenades offensives. Ces objets, dangereux, sont saisis et des investigations sont tout de suite initiées, en vue de retrouver les deux suspects en fuite. Ainsi, ils pourront renseigner sur ce qu'ils comptaient faire du contenu de leur carton.

 

KIKIE Ahou Nazaire


Source : L'infodrome