Home Faits divers Drame : Une dame, en compagnie de son mari, tuée par un...

Drame : Une dame, en compagnie de son mari, tuée par un véhicule

634
SHARE

E. Modeste reste encore tout malheureux, avec son état peu reluisant de veuf, dans lequel vient de le plonger un stupide accident de la route. Le pauvre y a perdu son épouse, dame Ettien Bazoua, avec laquelle il partageait une complicité amoureuse, depuis déjà de très longues années.

 De fait, selon nos sources, dans la soirée du samedi 3 juin 2017, dame Ettien Bazoua marche sur le trottoir, à Adjamé. La sexagénaire est en compagnie de son époux. Ils sont à hauteur de l'échangeur, à la ferraille. Exactement sur la voie reliant la gare nord de la Sotra à Abobo. Certainement qu'ils attendent un véhicule de transport en commun, devant les conduire à Anyama. Ville où, dit-on, ils vivent. Et c'est là, que le vieux couple est surpris par un de ces véhicules fous, que sont les gbaka. Ce véhicule de transport en commun, conduit par un chauffard écervelé, vient violemment faucher la vieille mère de famille. Cette dernière, projetée sur le macadam sous la violence du choc, reste inerte. Mais après le drame qu'il vient de provoquer, on pense que le conducteur du véhicule va cette fois retrouver du bon sens.

Que nenni ! Lui et son apprenti, certainement du même plumage que lui, descendent précipitamment de leur véhicule. Et devant des témoins déroutés, ils prennent la fuite, sans même leur donner la possibilité de les neutraliser. Le pauvre E. Modeste, malgré le poids de l'âge, accourt au chevet de sa malheureuse épouse étendue à même le sol. Comme lui, de nombreux témoins de la tragique scène. Vite, il faut sauver la femme accidentée. Hélas ! L'infortunée dame Ettien Bazoua n'a pu survivre à ses graves blessures. Son pauvre mari est comme fou.

Il aurait voulu tout donner pour que survive sa « seconde moitié ». Pour sa grande tristesse, Dieu en a décidé autrement. Les éléments du commissariat de police du 27ème arrondissement alertés, arrivent sur les lieux de l'accident mortel. Ils procèdent au constat d'usage et ouvrent immédiatement une enquête, en vue d'épingler les auteurs de l'accident. En attendant, ils mettent la main sur le gbaka abandonné, et l'immobilisent à leur base. Le corps de la femme décédée est, transféré à la morgue de l'Hôpital militaire d'Abidjan ( Hma). Cela, en présence du vieux E. Modeste contraint par le sort, à se retrouver dans le malheureux statut de veuf. Point besoin de dire que le malheureux était inconsolable.

 

Madeleine TANOU


Source : L'infodrome