Une mission de prospection française et canadienne dans le domaine des TICs...

Une mission de prospection française et canadienne dans le domaine des TICs et du numérique s’imprègne de l’écosystème numérique ivoirien

34
SHARE

Présente en Côte d’Ivoire dans le cadre de la 3ème édition d’Africa Web Festival, Une mission de prospection française et canadienne dans le domaine des TICs et du numérique s’est imprégnée de l’écosystème numérique ivoirien mercredi à la Chambre de Commerce et d’Industrie de Côte d’Ivoire (CCICI).

Après avoir indiqué que la CCICI est une Institution qui se définit comme une porte d’entrée sur la Côte d’Ivoire pour ces opérateurs économiques du numérique dont le maitre mot est l’innovation, le Dr Parfait Kouassi, vice président de la CCICI a salué cette mission « porteuse d’espoirs, car ouvrant des perspectives intéressantes de développement des relations partenariales avec les opérateurs économiques locaux dans ces secteurs stratégiques, dont l’influence et l’impact sur les principaux domaines de la vie économique et sociale sont de plus en plus perceptibles ».

Cette mission économique dédiée à l’économie numérique, ouvre des perspectives nouvelles de partenariat pour les entreprises ivoiriennes, sur un secteur à fort potentiel et en plein développement, a expliqué Parfait Kouassi. « Le gouvernement ivoirien est convaincu que les TIC sont une véritable opportunité pour atteindre plus rapidement et plus efficacement les objectifs qu’il s’est fixés en termes de création de richesse et de réduction de la pauvreté. Grâce aux nombreuses initiatives mises en place, les TIC ont connu au cours de la dernière décennie une expansion remarquable en Côte d’ivoire. Avec une croissance de plus de 10 % par an, le marché des TIC contribue aujourd’hui à hauteur de 6% du PIB, selon la Banque Mondiale », a-t-il ajouté.

Ces résultats font de la Côte d’Ivoire un marché très attractif en Afrique occidentale francophone pour les entreprises de télécommunication. Le pays affiche, néanmoins, un retard important en termes de maturité numérique, car si chaque ivoirien a pratiquement accès à la téléphonie mobile, seulement 3 % de la population utilisent Internet et à peine 2 % de ces utilisateurs ont un abonnement haut débit, a fait savoir le vice président de la CCICI. La réduction de la fracture numérique reste donc un défi majeur pour la Côte d’ivoire, a-t-il estimé. Précisant que cela passe par une plus grande accessibilité à des coûts réduits.

Parfait Kouassi a expliqué à ses hôtes que depuis l’année 2012, les performances de l’économie ivoirienne connaissent une amélioration constante, portée par une stratégie de développement dont la seconde phase pour la période 2016-2020 prévoit des investissements d’environ 29 000 milliards de F CFA. « Le secteur privé occupe une place toujours aussi importante dans cet investissement global, ce qui traduit bien la volonté de nos autorités d’en faire la pierre angulaire d’une croissance économique soutenue en Côte d’Ivoire. Plusieurs réformes ont été engagées dans tous les domaines et valent à notre pays d’avoir été classé parmi les pays les plus réformateurs en matière d’environnement des affaires en 2013 et 2014. Ces réformes ont eu pour effet d’accroitre l’attractivité de notre territoire, notamment avec un nouveau Code d’investissement très favorable aux investissements étrangers », a expliqué le vice-président de la CCICI. « Notre pays a amorcé sa transition vers la Télévision Numérique Terrestre (TNT). Elle prévoit également l’adoption d’un plan national de migration vers l’IPV6, toutes choses qui constituent des opportunités à exploiter », a conclu le Dr Parfait Kouassi.

PEYRONDET Jacques, Président de DIGITAL AQUITAINE et chef de la délégation économique de Bordeaux et Mme Elise Roy, Conseillère en affaires internationales à Export QUEBEC, Chef de la délégation économique du Canada ont dit leur enthousiasme face au dynamisme économique ivoirien et aux opportunités d’affaires que présente le pays.

Elisée B.

abidjan.net

Commentaires

commentaires