Home Economie Une association d’exportateurs de la Côte d’Ivoire declare des défauts a hauteur...

Une association d’exportateurs de la Côte d’Ivoire declare des défauts a hauteur de 80 000 tonnes, Le total des défauts pourrait être beaucoup plus élevé

187
SHARE

Les membres d'une association d'exportateurs de cacao de la Côte d'Ivoire feront défaut sur près de 80 000 tonnes de contrats d'exportation après avoir échoué à bloquer les prix auprès des contreparties en spéculant sur une hausse globale des prix, ont dit Vendredi, des officiels de l’association. Cependant le total des défauts pourrait être beaucoup plus élevé.

Raymond Koffi, président du groupe d'exportateurs GIE-PMIEX-COOPEX, un des trois groupement d'exportateurs Ivoiriens, qui regroupe 16 entreprises d'exportation locales, a déclaré à Reuters: "Nos défauts de paiement ne dépassent pas 80 000 tonnes mais se situent aux alentours.

L’aveu de Koffi est la première fois que les exportateurs reconnaissent publiquement des défauts potentiels depuis que la Côte d'Ivoire a commencé à vendre le cacao par anticipation en 2012.

La spéculation des exportateurs locaux, qui ont obtenu des volumes aux enchères avant une chute des prix l'année dernière, a déjà causé une surabondance chez le plus grand producteur en ce sens que les entreprises détiennent maintenant des contrats d'exportation pour des fèves qu'elles ne peuvent plus se permettre d’acheter.

Les négociants européens ont déclaré que l'échec des traders locaux à exécuter les contrats avait conduit à des données statistiques d'arrivées aux ports ne reflétant pas pleinement le volume important de cacao récolté cette saison avec les rapports exacerbant une humeur déjà baissière sur le marché.

Les contrats à terme de cacao de New York CCc1 sont tombés à leur niveau le plus bas en près de quatre ans vendredi suite àdes préoccupations concernant l'excès de livraison. SOF / L
Dans le cadre du système en Côte d'Ivoire, les exportateurs ont demandé des permis pour exporter des volumes spécifiques à un prix convenu, et l'office de commercialisation, le Conseil du café et du cacao (CCC), utilise alors le prix moyen des enchères pour fixer un prix garanti aux agriculteurs.

Ce prix était fixé à 1 100 francs CFA ($1,78) le kilo au début de la saison en cours le 1er octobre.

Selon les règlements du CCC, les exportateurs doivent lui fournir un contrat de contrepartie bloquant les prix. La mesure vise à prévenir les défauts de paiement causés par la spéculation qui risqueraient de compromettre le prix des agriculteurs.

Cependant, Koffi, qui représente également des exportateurs au conseil d'administration du CCC, a déclaré que de nombreuses entreprises ont simplement présenté des contrats au CCC tout en faisant des accords parallèles avec leurs clients.

«Je vous dis qu'il y a des contrats à prix forfaitaire et il y a des accords que certains exportateurs font avec leurs clients pour dire qu'ils sont vraiment des contrats à prix à fixer», a-t-ildéclaré.

La Côte d'Ivoire prévoit une production de récolte principale d'Octobre à Mars de 1,3 million de tonnes de fèves. La récolte intermédiaire entre Avril et Septembre est réservée aux transformateurs locaux.

"PERSONNE NE SE PLAIGNAIT"
Les responsables du CCC n'ont pas répondu immédiatement aux demandes de commentaires de Reuters. Cependant, son chef de ventes, Eric Koffi, a déclaré à Reuters cette semaine que le CCC a vérifié les contrats de contrepartie fournis par les exportateurs.

Cependant Koffi et le secrétaire général de et GIE-PMIEX-COOPEX, Martyr Djikalou, a déclaré que ces accords étaient une pratique courante depuis l'introduction du système de vente à terme en 2012.

« Comme le marché était en hausse pendant quatre ans, nous avons toujours fait cela et il a très bien fonctionné », a déclaré Djikalou. « Personne ne se plaignait. Maintenant que le marché est en baisse, cette même attitude nous crée des problèmes ».

GIE-PMIEX-COOPEX est l'un des quatre groupes d'exportateurs en Côte d'Ivoire et Koffi et Djikalou ont déclaré à Reuters que la spéculation n'était pas limitée qu’à leurs membres.

Un exportateur membre de d’autres associations a déclaré que ses membres seraient probablement à défaut de 20 000 à 30 000 tonnes de contrats pour la même raison. D'autres exportateurs, qui ont demandé à ne pas être nommés, ont déclaré que les volumes totaux susceptibles d'être en défaut pourraient être beaucoup plus élevés.

Pour éviter des défaillances généralisées, le GIE-PMIEX-COOPEX a demandé au CCC d'abaisser le prix bord champs des agriculteurs entre 750 et 800 francs CFA / kg. Ils ont dit qu'ils pourraient ensuite négocier de nouveaux contrats de contrepartie et commencer à acheter des fèves à nouveau.

«Quelqu'un doit supporter le coût de tout cela. Ce sera le secteur ... Notre contribution au débat est de dire que ce ne sera pas nous qui payerons ... Si vous nous imputez tout cela, vous nous tuez, A déclaré Djikalou.

(1 $ = 617,2300 francs CFA)

Par Ange Aboa


Source : Africatime CI

Africatime CI