Home Culture Le retour du ballet national avec un cirque et un carnaval annoncé

Le retour du ballet national avec un cirque et un carnaval annoncé

29
SHARE

Le directeur général de Summum Plus, Georges Monboye a annoncé mardi le retour du ballet national et la création d'un cirque ainsi qu'un carnaval dénommé Abi-Samba, au cours d’une conférence de presse.

« Le ministre m’a demandé de porter trois projets à savoir le renouvellement du ballet national, le cirque et l’Abi-Samba. Pour le ballet national, Il m’a été demandé de le renouveler pour qu’il soit unique en son genre, différent des autres qui existent déjà en Côte d’Ivoire et qu’il puisse porter avec beaucoup de dignité, des valeurs à travers le monde. Je souhaite lui apporter des couleurs de la technique pour en faire un produit commercial tout en respectant les valeurs culturelles et traditionnelles de notre pays », a expliqué M. Monboye.

« Je veux que le cirque crée un rendez-vous de week-end à Abidjan pour que chaque famille parte au cirque comme on le fait en Europe. Nous devons faire en sorte que le cirque, le ballet et le festival puissent d’emblée avoir une vue nationale et que soit intéressé, les producteurs, les pro-amateurs, médiateurs festival, de théâtres à ses grands projets. Parlant de l’Abi-Samba, c’est un projet qui s’établir entre deux pays le brésil et la Côte d’Ivoire », a-t-il ajouté.

Concernant le calendrier de ces évènements, le chorégraphe a indiqué que cela se fera l’année prochaine à partir de février pour le ballet et le cirque. L’Abi-Samba prendra place un peu plus tard parce que « c’est un projet qui prend plus de temps ».

Le directeur général du Centre national des arts et de la culture (CNAC) Kouao Diazéré Elie, quant à lui s’est réjoui du choix porté sur Georges Monboye pour atteindre les objectifs. « Nous allons l’accompagner. Je crois que c’est la personne indiquée », a-t-il affirmé.

Selon M. Kouao, « c’est le manque de professionnalisme qui a fait que notre ballet est à ce niveau ». « Nous n’avons plus de ballet parce nous n’avons pas suffisamment cerné la psychologie des artistes qui étaient dans le ballet. Le combat, qu’on puisse sédentariser véritablement nos artistes afin qu’ils vivent de leur art sur place, pour qu’ils représentent avec dignité la Côte d’Ivoire à l’étranger. C’est un renouvellement de l’équipe parce qu’Il n’y a personne sur place avec qui commencer », a-t-signifié.

Ces activités culturelles vont bénéficier de l’appui de l’ambassade de la Chine pour les formations. Un appel sera lancé après les jeux de la francophonie pour rassembler tous les meilleurs talents de la Côte d’Ivoire au niveau de la danse, du théâtre.

(AIP)

ena/kam

Source : abidjan.net